jeudi 28 février 2008

Weeds - la série qui ne vous rendra pas accro


Image Amazon

Foncièrement emballés par nos 3 coffrets DVD d'Arrested Development, nous cherchions une nouvelle série à regarder le soir après le travail, vautrés sur le canapé ...

Après quelques recherches sur le Net, nous pensons à Weeds, la série dont tout le monde dit tant de bien, la série pour laquelle l'actrice principale a gagné un Golden Globe, la série qui déchire tout...
17 euros plus tard et 5 épisodes péniblement regardés, voici le résultat...

OS COURT, ne suis-je pas normale? pas hype? complètement out?

Weeds ne le fait pas, mais pas du tout.

Le pitch : une jeune mère de famille se retrouve soudainement veuve et pour subvenir aux besoins de sa petite famille (deux gamins et une femme de ménage mexicaine ) dans son énorme maison dans une banlieue super chic, est obligée de devenir dealer de marijuana. Ses clients sont ses voisins, son conseiller municipal ou bien les étudiants de la fac du coin, et à travers de petites scènes de vie, l'on se rend compte que mince, vivre dans une super villa et conduire une range rover, c'est pas facile.

Sur le papier (enfin, pas sur le mien mais sur un autre), c'était pourtant séduisant, ça paraissait décalé, intelligent, rigolo...

Et en fait, non.

C'est hyper conservateur (la pauvre maman qui se bat pour conserver le pouvoir d'achat de sa famille, la pauvre maman qui garde sa femme de ménage car cette dernière a eu une fille qui va à la fac ), très convenu (la jolie blanche devient pote avec ses fournisseurs noirs du ghetto, la gentille dealeuse ne vend pas aux enfants) tout en se voulant trash(ça parle de fesses et ça jure dans tous les coins, et Dieu sait qu'aux US, jurer est un signe de rébelion) : on oscille sans arrêt entre le premier et le second degré, bref, on est paumés !
Les personnages ne sont pas très intéressants ou attachants : Mary Louise Parker joue aux affanchies rouleuses de mécanique - mais elle quand même un grand coeur et craque parfois sous la pression, a une copine blonde copie conforme de Samantha Jones de Sex & the city qui se découvre - aussi - un cancer, rêve de son mari adoré qui était si amusant et intelligent, se fait gentiement remonter les bretelles par la mama black qui la fournit en herbe... c'est très cliché. Le seul qui tire son épingle du jeu est son beau-frère, un vrai allumé qui secoue un peu tout ça.

On a finalement l'impression de regarder un mix de toutes les séries sorties depuis une dizaine d'année ( évidemment, Desperate Housewives ou bien Angela 15 ans ), sans grande originalité.

Je m'attendais à du neuf, je me retrouve avec Once & again (Deuxième chance, une série américaine gnan-gnan sur une divorcée de quarante ans qui essaie de refaire sa vie) enfumé et pas si drôle que ça...

C'est peut être à Weeds que je devrais donner une deuxième chance, mais pour l'instant, le DVD reste bien au chaud dans son boîtier.

Sinon, j'ai pensé à Entourage pour occuper mes soirées : fais-je bien???

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Moi je dis: un bon 24h chrono de derrière les fagots, y'a rien de tel!

sinon j'attends avec impatience la deuxième saison de heroes!

Elmo

melllie a dit…

Je n'ai pas non plus accroché... Entourage, j'y pense aussi ! Si tu testes avant moi ! Please let me know !

morgane a dit…

Alors j'ai regardé le premier épisode d'entourage il y a quelques semaines et je n'ai pas du tout accroché. Je trouve que c'est une version masculine de Sex and the city mais en vraiment moins bien.
Après je n'ai pas vu les autres épisodes peut être que c'est bien.