samedi 16 février 2008

Un samedi à Troyes

Régulièrement, pour échapper au rythme trépidant de Paris, nous partons faire une petite virée d'une journée dans une ville à quelques encablures (ou rails) de la capitale, histoire de se changer les idées à moindre coût et de découvrir un autre patrimoine mais aussi un autre style de vie.

Nos critères pour choisir la ville : être facilement et rapidement accessible depuis Paris afin de pouvoir faire l'aller-retour dans la journée et posséder suffisamment d'attraits (centre historique piéton, parc, zoo...) pour s'y balader pensant plusieurs heures (hors musées, car nous sommes de gros paresseux du cerveau).

A noter que nous partons toujours le samedi, car une ville de province le dimanche, c'est assez soporifique.

Nous avons donc jeté notre dévolu sur Troyes, une jolie petite ville célèbre pour ses magasins d'usines mais dont le centre historique médiéval gagne a être connu.

Notre excursion d'un jour commence donc samedi à 9h42 à la gare de l'Est : dur dur de se lever tôt un samedi matin, mais le soleil radieux parvient quand même à nous motiver.

Une heure et demie plus tard, nous débarquons à Troyes, et là, première impression : on se les gèle! Et oui, nous sommes en Champagne-Ardennes, à l'est, et le froid est très très vif! Nous comptons donc sur le soleil pour nous réchauffer, et aussi sur les magasins du centre-ville pour nous acheter une petite laine supplémentaire !

Le centre-ville est proche de la gare. Nous traversons une ville encore endormie, puis arrivons au Halles Baltard, où se tient le grand marché. Vision enchanteresse : fruits, viande, fromages et gâteaux à foison, notre petit Franprix nous semble bien loin !

Nous partons ensuite nous perdre dans la vieille ville : j'ai bien emmené mon Routard, mais il n'a pas de plan, ce qui n'est pas très pratique, donc nous le laissons rapidement tomber et décidons de suivre notre instinct. Le mien nous mène vers la grande rue commerçante : premier bon point, il y a un H&M dans cette ville !

Nous cherchons ensuite de quoi nous restaurer et nous arrêtons dans un petit restaurant ... rempli de couples âgés. Pas grave, nous avons faim. J'en profite pour manger pour la première fois de ma vie une andouillette et contre toute attente, j'aime bien ! C'est gras mais pas si goûtu que ça, du moins je m'attendais à pire. J'en mangerai donc avec plaisir la prochaine fois !

Après le déjeuner, nous reprenons notre exploration de la ville : maisons à colombages, vieilles tourelles, petites rues piétonnes, tout cela a beaucoup de charme.

Les gens ont l'air calme, détendu. Il n'y a pas de bouchon, on peut se garer facilement. Tout a l'air si facile !

En nous rapprochant de la cathédrale, nous tombons sur des macarons en vitrine d'une pâtisserie (Gérard, apparemment une sommité en ville) et ne pouvons résister : nous en achetons une demi-douzaine et les dévorons sur le coup.

Malheureusement, je n'ai pas mon appareil photo pour immortaliser ces petites douceurs mais les descriptions suivantes ne devraient pas vous laisser de marbre : marron-thé vert matcha, chocolat au lait-passion, chocolat noir - yuzu, violette-cassis, abricot-safran etc... Nous nous posons dès lors la question de l'influence de Pierre Hermé sur la pâtisserie française : tous ces petits macarons originaux que l'on voit fleurir dans les bonnes pâtisseries sont-ils inspirés par ses créations ou s'agit-il d'une génération spontanée???

Après avoir visité le quartier de la cathédrale, nous faisons le constat suivant : il est à peine 15h, le train de retour est à 19h21, que faire???

G. refusant de se laisser traîner dans les magasins d'usine, et l'option musée nous semblant insupportable (je sais, honte sur nous... pourtant la ville dispose de jolis musées, dont un musée d'art moderne qui m'a presque tentée), nous décidons d'aller ... au ciné ! Bah oui, le week-end, c'est fait avant pour se reposer et se divertir et nous ne voyons pas le mal à nous mettre au chaud devant une bonne toile.

Le problème majeur des salles de ciné en province réside dans l'absence de films en V.O : tant pis, il fait trop froid et les films français ne nous disent rien, nous allons donc mater un film d'horreur américain en V.F, Cloverfield.

(...)

Je vous passe les commentaires sur ce film.

En sortant, nous retournons nous promene dans la vieille ville à la tombée de la nuit, et repartons tranquillement vers Paris en début de soirée, fourbus mais heureux de cette petite parenthèse qui nous aura bien changé les idées.

Après Rouen, Chartres (gros coup de coeur pour cette adorable ville que je vous recommande vivement de visiter) et Troyes, notre prochaine destination est Amiens, fin mars.

Je pense sinon à Provins ou Le Mans pour les prochaines fois et suis ouverte à toute proposition (sauf Lille, qui mériterait amplement sa place dans notre to do list, sauf que nous connaissons déjà bien la ville).

Pour finir, quelques images de Troyes prises sur un site :









1 commentaire:

melllie a dit…

Ca donne envie de se faire un week end au vert !!! Mais est ce que ce n'est pas frustrant de ne rester que le samedi ? N'est-on pas tenté de passer la nuit sur place ?

Sinon, en villes sympas, il y a aussi Dijon, Tours ou Angers qui méritent le détour parait-il !