mardi 25 mars 2008

Un sombre objet du désir...

Cet été, les spartiates seront encore à nos petits petons
(certes, un peu moins que les compensées et autres sandales à plateau mais quand même...)

J'en profite donc pour vous faire part d'une anecdote assez rigolote...

L'année dernière, comme un tas de filles (voir ici ou ici), j'étais obsédée par les spartiates Carrouf à 12 €, tellement tendances qu'elles figuraient dans le Cosmo (ou le Glamour, je ne m'en souviens plus).

Petit problème : j'habite à Paris, sans voiture, en sachant qu'il y a peu de Carrouf accessibles en transports en commun. Après moultes tergiversations, je décide de me rendre à celui de la Porte d'Auteuil, le plus proche du bureau, après avoir pris la peine de passer un coup de fil pour vérifier qu'il y a bien un rayon chaussures. A la pause déj, je prends donc le 123, arrive à l'hypermarché 25 minutes plus tard, et le coeur battant, je me lance à la recherche du rayon chaussures ... qui se révèle être un minable étalage de quelques chaussons et autres baskets, sans spartiates ! Horreur et damnation, je me sens toute penaude ! Mon excitation retombe, mais ma frustration augmente : il me les faut, coûte que coûte !

J'élabore dès lors un stratagème : j'ai toujours rêvé de passer un petit week-end en amoureux en Normandie, or il faut OBLIGATOIREMENT une voiture pour visiter toutes les petites villes de la côte, et tant qu'à faire, si on a une voiture, autant aller au Carrouf du coin ! (cela serait vraiment vicieux de votre part de supputer l'espace de quelques secondes que l'objet du voyage était l'acquisition de mes précieuses et non pas la découverte du patrimoine normand).
Alors comme une sale petite saleté (l'expression n'est pas assez forte), j'ai organisé tout le voyage en fonction de mon obsession : j'ai reperé tous les Carrouf en Normandie, et ai même pris un hôtel dans une ville équipée, pour maximiser mes chances.

Inutile de préciser que je suis arrivée à mes fins, car c'est finalement à Fécamp que je les ai trouvées. (après avoir failli me faire débarquer sur l'autoroute près de Tourville, quand je nous ai perdus en cherchant l'hypermarché tant convoité)

Et le pire dans l'histoire est que j'en veux d'autres pour cet été : je veux les Verbaudet à 46€ !
(hé oui, ils font des chaussures jusqu'au 40 chez Verbaudet )

En effet, celles de chez Carrouf sont nazes nazes nazes ! elles me font mal au pied avec leur semelle de 1 mm !

Piouf, c'est malin hein !

Et vous, jusqu'où êtes vous allés pour satisfaire une obsession débile ?

PS : G., si tu me lis, je suis vraiment désolée de t'avoir fait subir tout cela lors de notre week-end en amoureux...

EDIT : bon bah voilà, j'ai acheté mes tropéziennes, non pas chez Verbaudet mais chez Surinvitation.com, pour en savoir plus, rendez-vous sur le blog de Marie Sue

3 commentaires:

DimSum a dit…

Tu ne rebaptiserais pas ton blog : "Le Monde de Shoes Monster"? :o)

By the way, je vois que tu as remplacé un copyright par un autre dans ta bannière de titre? Elmo te dirait probablement que tu dois flouter le nom :o)

Elmo a dit…

j'avoue! mais il y a bien pire (comme un blog connu où le visage d'un jeune homme dormant dans le métro a été exposée sans son autorisation en gros plan, bonjour ton droit à l'image! pauvre gars va!)

Cookie Monster a dit…

@ saucisses : héhé, j'ai essayé de le faire mais je suis trop nulle avec Photoshop ! mais cela fait partie de mes projets !